Derrière l’objectif se cache un parcours incroyable. Fascinée par la photographie, l’ex-modèle a saisi les techniques du métier pour devenir l’oeil confident des personnalités. Rencontre avec une battante exemplaire

LA PHOTO MET À NU UNE PERSONNALITÉ. COMMENT ENTRE-T-ON DANS L’INTIMITÉ DE LA PERSONNE?

Tout dépend du cadre de la photo. Pour les photos professionnelles, j’ai parfois 10 minutes en tête à tête avec la personne. Il faut donc créer une complicité rapidement. Je n’entre pas vraiment dans son intimité mais je dois trouver rapidement un point d’accroche pour interagir avec le modèle et le mettre à l’aise surtout pour les plus réticents. Je suis passionnée par la psychologie. Je suis capable d’analyser tout le non verbal d’une personne, et l’intonation de sa voix. Les mots qu’elle prononce, m’aide aussi à m’ajuster à son état d’esprit lorsqu’elle arrive devant mon objectif. 

Dans le cadre artistique notamment pour des projet personnel, je prépare mes séances pour mieux connaître mes sujets. C’est essentiel surtout avec des personnalités publiques. Je ne serais pas arrivée devant Quincy Jones sans avoir relu sa biographie ou devant Sylvie Vartan sans avoir épluché son actualité. Ceci dit préparer sa séance ne veut pas dire que la connexion sera forcément plus rapide ou plus intense. Cela m’aide à adapter mon discours et mon comportement à mon modèle. C’est souvent efficace ! L’authenticité est la seule chose qui m’aide à entrer vraiment dans l’intimité d’un modèle même d’une personne très connue. Demandez à Michel Sarran comment s’est passée

notre récente séance ! (rire) Je suis restée moi-même. Si j’ai envie de plaisanter ou de taquiner j’y vais, toujours avec bienveillance. En face, la personne peut ainsi se permettre de faire la même chose, de tomber le masque qu’elle porte parfois. Cette protection n’est pas de l’arrogance mais simplement de la timidité. Toutes ces «stars» ne sont pas super sûres d’elles contrairement à ce qu’on peut penser !

EMMANUELLE CHOUSSY – crédit photo: Emmanuelle Choussy

EST-CE PLUS FACILE DE PHOTOGRAPHIER UN LEADER D’ENTREPRISE OU UNE STAR ?

Après 17 ans de photo artistique et en entreprise, j’ai pu tirer une conclusion assez drôle. Autant les célébrités sont très open aux propositions que je peux faire, autant les chefs d’entreprise ont des idées assez préconçues de la façon dont ils veulent être photographiés. Les chefs d’entreprises pensent souvent à tort, qu’on les respectera davantage ou qu’ils obtiendront plus de considération de leurs pairs et de leurs employés en se montrant assez statiques, cravatés et bras croisés… Le fameux portrait corporate figé ! Une fois la photo super basique réalisée, j’essaye de les « faire bouger » ou les désaxer davantage, là aussi en m’adaptant à leur personnalité. Et je suis heureuse parce que souvent, ils préfèrent finalement cette version d’eux ! 

Pour les stars, ils me donnent plus souvent carte blanche. Je me suis régalé à diriger l’acteur Samy Naceri sur une journée de photos à Los Angeles. Avec Bruno Salomone, j’ai suggéré du mouvement et du fun sur la plage mythique de Venice beach. Cela s’est transformé en un échange passionné d’idées.  Avec Ilona Smet, nous avons du travailler 5 ou 6 heures non stop dans les rues de dowtown Los Angeles pour un édito de mode pour le magazine GALA. Sa grand-mère (Sylvie Vartan) nous a suivis toute la journée ! J’ai eu très peu de temps avec Paris Hilton mais elle a eu la gentillesse d’écouter mes suggestions et de m’offrir ce côté glamour non surfait que je cherchais.

L’HOMME SERA-T-IL AU COEUR D’UNE PROCHAINE EXPOSITION?

J’ai commencé la photographie en faisant poser des modèles masculins. Je trouvais les rapports avec les hommes plus simples. Ils sont moins rigides dans leur jugement sur eux-mêmes, moins exigeants, plus zen. Lorsque j’aurais étoffé mes photos masculines exposables, je leur rendrai hommage. Je voudrais montrer des corps différents, des ambiances variées. Je vois bien de la couleur cette fois, une explosion de couleurs pour mettre en lumière les différentes facettes des personnalités masculines que j’ai pu faire poser.

SI EMMANNUELLE CHOUSSY DEVAIT RÉALISER SON AUTOPORTRAIT, QUELLE PARTIE DU CORPS CACHERAIT-ELLE?

Il est difficile de pointer une partie en particulier. Depuis si longtemps, je travaille tellement sur moi pour essayer de m’accepter telle que je suis. Je ne cacherai rien ! J’ai fait la paix avec moi-même à la trentaine en devenant maman. Je n’ai pas de souci avec les signes du temps. En revanche, je déteste avoir l’air fatigué. Je veux être solaire comme on me dit souvent. Moralement, je me sens plus forte au fil du temps. Apprendre à se connaitre est véritablement la clé du bonheur. C’est une mission fascinante de travailler ses points faibles.

QUELLES SONT TES FUTURS PROJETS ?

Deux projets sont en cours dont un rugbystique sur lequel je ne peux pas encore parler ! Le second sera un livre-photo sur le patrimoine et l’histoire toulousain via le prisme du 7ème art.

ES-TU PLEINEMENT ÉPANOUIE ?

Cet état est ponctuel est pour moi. Je me sens épanouie au côté de mon fils ou lorsque je partage des moments vrais avec mes amis. Les relations humaines sont au centre de ma vie. Dernièrement, des ennuis de santé sont venus assombrir mon existence. Cela m’oblige encore plus à saisir et apprécier les petits moments légers et mignons du quotidien.