Nos Aimés est une nouvelle enseigne spécialisée dans le maintien à domicile des personnes en situation de perte d’autonomie. Lancée récemment par le groupe Domia, l’agence de Castanet-Tolosan a ouvert ses portes en mars dernier. Rencontre avec Régine, auxiliaire de vie de l’agence.

QUEL EST VOTRE PARCOURS ?

Dans les années 80, j’ai préparé un BTS en comptabilité après le bac. J’ai travaillé dans l’administration durant plus de 20 ans. Les années familiales m’ont contrainte à démissionner. Entre déménagement et divers contrats, je me suis organisée pour m’occuper de mes enfants. Le premier confinement a marqué mon changement radical d’activité. Après la fin de mon CDD de secrétaire comptable, j’ai eu envie de travailler auprès des personnes fragiles.

J’ai intégré une formation pour passer le titre profession d’assistante de vie aux familles. Depuis, j’interviens au domicile de personnes pour les assister dans les tâches de la vie quotidienne.

À QUOI RESSEMBLE LA JOURNÉE D’UNE AUXILIAIRE DE VIE ?

La journée se prépare la veille. On doit vérifier son planning, préparer son itinéraire, veiller au bon fonctionnement du téléphone portable et de la voiture. Normalement, on connaît la personne chez qui nous allons. Si ce n’est pas le cas, il faut se renseigner avant afin de prendre en compte les habitudes et les besoins de la personne. Savoir ce qu’il faut faire ou pas est essentiel. On s’aperçoit vite que nos interventions sont souvent trop courtes. Nos actions doivent être limitées dans le temps. Il s’agit de l’aide au repas, du ménage, de l’aide à la toilette, les courses, l’accompagnement chez le docteur, les promenades ou encore les discussions. J’en oublie sûrement ! Il est important de savoir gérer son temps.

COMMENT APPRÉHENDE-T-ON UN AÎNÉ ?

Un aîné doit être respecté. Il en a besoin surtout à ce moment de la vie. Nous devons veiller à sa dignité même si les conditions de son existence sont devenues pénibles. Nous devons lui montrer de l’intérêt, lui apporter de l’affection, faire attention à sa fragilité et contribuer à son bien-être. S’il ne peut nous répondre, il faut tout de même parler, car cela rend la situation plus légère et lui procure beaucoup de réconfort.

Régine, auxiliaire de vie chez Nos Aîmés de Castanet-Tolosan

QUELLES SONT LES ATTENTES DES SÉNIORS ?

Ils attendent de nous de la sécurité, du bien-être, de l’accompagnement physique et du soutien moral. Ils veulent se sentir rassurés. Nous sommes également présents pour faire le lien entre les familles et les divers intervenants.

QUEL EST VOTRE VISION DU MÉTIER ?

Ce métier requiert quelques techniques surtout pour les déplacements et le comportement à adopter dans telle ou telle situation. Nous devons faire face à des maladies auxquelles nous n’étions pas spécialement préparées où habituer. Je pense que les formations sont importantes. Être auxiliaire de vie suggère d’avoir des facultés d’empathie et quelques valeurs humaines essentielles comme l’altruisme. 

UN CLIENT DEVIENT-IL UN CONFIDENT AU FIL DES JOURS ?

C’est certain que chacun se connaît de mieux en mieux, l’aidé et l’aidant. 
En discutant avec la personne aidée, nous installons un climat de confiance. Forcément, il y a des choses qu’elle nous dise et qu’elle n’osera jamais dire à ses enfants. À nous de savoir garder le secret ou pas selon l’importance et la nature des éléments portés à notre connaissance. Il faut savoir faire la part des choses ! 

EST-CE FACILE DE GARDER UNE DISTANCE AVEC L’AIDÉ ?

Quand je suis sur place, je suis à 100% avec chaque personne aidée. J’essaie de faire au mieux pour chacune pendant le temps qui m’est imparti. Je reconnais que parfois, j’ai du mal à partir et à les laisser seules. Je me demande s’ils vont s’en sortir sans moi. Dans la voiture, je continue à y penser même pour des détails. Par exemple, je lui ai laissé un dessert ce soir. Va-t-elle y penser ? 

Certaines personnes sont plus attachantes que d’autres. Il est normal d’être affecté par la vie des gens chez qui nous intervenons. Ce qui me rend heureuse, c’est que je sais que je donne le meilleur de moi-même et j’apporte du positif dans la vie d’une famille.